Photo du profil de Maxence Mounier
5/10
Duck
26 juin 2005

Comme vous, je pense qu'après la lecture de la pub qui défile depuis pas mal de temps sur Heavylaw vous vous êtes dits, "Ouah! Génial un true power groupe de métal symphonique", effectivement et c'est une réaction normale... moi même je l'ai eu lorsque Sound Riot Records m'a envoyé la bannière de ce nouveau groupe qui va défriser les moutons d'Edinburgh...
C'est donc avec une certaine excitation et hâte que je me saisi du CD et l'enfile dans la fente de mon lecteur.
Pas surprenant, puisque la jolie bannière nous le disait, Excalion est un groupe de heavy mélodique, donc forcément on sent les multitudes d'influences dont sont composés les titres. Mais ce qui est surprenant c'est que le côté symphonique est inexistant. Publicité mensongère?
Alors autant vous dire tout de suite, je n’aime pas, pourtant vous me connaissez, il m'en faut peu pour m'hérisser le poil, mais là les titres sont assez plats et linéaires surement dû au fait que le chanteur frise le ridicule...Pourtant musicalement et techniquement, le groupe gère et sait aussi bien jouer du speed : Reality Bends et du assez calme Heart and Home, qui soit dit en passant est un très joli slow. Mais voilà, c'est vraiment pas tip top et on s'ennuit très vite. Jarmo Pääkkönen, chante la bouche pleine et à mon avis, il saccage plus l'album qu'autre chose. Je plains les gens des premiers rangs lors des concerts du groupe, ils doivent se faire postilloner dessus, cela en est écoeurant.
Je m'aperçois au même moment que sur leur site officiel, ils ressencent toutes les notes des magazines et je remarque que Primal Exhale reçoit des 90%, des 8.5/10 et autres gratifications. Il y a truc qui doit me dépasser alors dans cet album pour ne pas repérer la perle rare. Il est vrai que Stage Of Lies me fait taper du pied mais cela n'ira pas plus loin.
C'est navrant de s'apercevoir qu'au final le chant apporte énormément à un groupe, la preuve ici faite. Et c'est comme ça que l'on passe à côté des titres comme Megalomania ou encore The Legacy qui auraient pu être de grands titres... bon allez je vais laisser Jarmo Pääkkönen tranquille.
Alors instrumentalement, la bande Nupponen/Vaaja s'en tire de loin avec les honneurs et la production suit le même régime.
Bon vous l'avez compris, l'album est loin d'être indispensable. Si le groupe veut monter les marches de l'excalion (blague) de la gloire, il ferait mieux de changer de vocaliste. Duck.

2 commentaires

  1. Photo du profil de Eric Mortreuil

    la très bonne production, les airs fort mélodiques, la voix aussi, si si, très à l’aise dans les mediums et dans les aigus, et un excellent claviériste, ce qui est très agréable.

  2. Photo du profil de Chris Team

    J’ai hésité un long moment avant de commander cet album chez mon disquaire, et je dois dire que j’aurais commis une erreur de ne pas céder à la tentation. C’est un petit joyau de speed mélodique à claviers. Je confirme que le chanteur a parfois des intonations de postillonneur, ce qui est impardonnable sur un album studio, puisqu’il pouvait recommencer les prises des dizaines de fois. Mais bon, les titres sont tellement accrocheurs que je pardonne quand même. Excalion ne se contente pas de se reposer sur ses bons refrains, le claviériste a lui aussi de très bonnes idées, qu’il aurait même dû exploiter encore plus, cela aurait permis au groupe d’avoir un peu plus de personnalité. En effet l’influence Sonata Arctica est on ne peut plus flagrante. J’attends les finlandais d’Excalion au tournant de leur deuxième album pour qu’ils confirment tout le bien que je pense d’eux.

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour laisser un commentaire.