Photo du profil de Langemar
8/10
Langemar
14 janvier 2017

[Note de la voiture] 8/10 !

Lorsque j’ai appris sur le site que Fabio Lione quittait Rhapsody of Fire, j’ai renversé mon café par terre. En apprenant, toujours sur le site, qu’il revenait avec un nouveau groupe, Eternal Idol, j’ai ramassé mon café et me suis rappelé l’expérience Vision Divine. Cela avait bien fonctionné, Fabio montrant un côté plus rock plutôt plaisant, et il semblait plus libéré… Bon souvenir.

Que nous a donc concocté il signore Lione en fin d’année 2016 ?

Un rapide focus sur le groupe pour commencer et sur son style. Il est composé essentiellement de membres du groupe de heavy prog Hollow Haze : la chanteuse au grain de voix très rock Georgia Colleluori, son frère Camillo à la batterie, Andrea Buratto à la basse et enfin le guitariste et claviériste Nick Savio, qui est le compositeur de tous les morceaux de l’album.

Il n’est pas aisé de situer un style précis à ce groupe tant leur premier album navigue entre du heavy classique à touches symphoniques, du hard rock ainsi que du métal progressif. Bref, vous l’aurez compris, il ne s’agit point d’un album linéaire !

Entrons dans le vif du sujet. L’album a été dévoilé à travers un premier clip, « Another Night Comes ».  Ce titre est à l’image des parties plus percutantes de l’album (citons le premier titre « Evil Tears » ou encore « Is the Answer Far From God ? ») : il amène énormément de puissance et d’énergie à l’écoute !

 Les prestations vocales de Georgia et Fabio sont tout au long de l’album superbement réalisées,  Fabio nous faisant même découvrir des facettes un peu méconnues de son talent ! Son côté rock ressort associé à son timbre si reconnaissable. Bref, pour un fan de Rhapsody, du pain béni et un vrai plaisir auditif. Son association avec sa comparse amène une vraie dualité et des contrastes prenants : une voix féminine plutôt grave et cassée par moments et les envolées lyriques de Fabio, disons que cela est peu commun, mais ça fonctionne à merveille tout au long de l’offrande.

La voix cassée de Georgia est parfois déroutante tant nous pouvons habitués ces derniers temps à des voix plus lyriques, mais l’effet escompté est vraiment réussi, comme sur le titre « Desideria » où elle joue ce côté rock à fond. Cela met une bonne claque messieurs dames !

Du côté arrangements et instrumental, les musiciens sont au top. Les orchestrations sont savamment distillées dans la plupart des titres et apportent de la profondeur, sans partir dans l’additionnel inutile. Les riffs sont bien exécutés (notamment sur le dernier titre « Beyond ») et la production de l’album est soignée. Disons qu’il n’y a aucune envolée exceptionnelle mais comme il n’y a vraiment aucune erreur, c’est très agréable à écouter.

Un petit regret néanmoins. Les titres les plus percutants ont tous été massés au début de l’album, les suivants faisant la part belle à des parties plus progressives ou tout du moins plus "calmes". Mais il s’agit d’un tout petit regret car ces titres, y compris la ballade « A Song in the Wind », sont prenants et nous font aisément voyager dans l’univers orchestré par les deux vocalistes.

~~~[The Final Statement]~~~

8.5/10

Un album bien conçu, très bien exécuté, du rythme, de la puissance, des refrains entêtants, un duo prenant et parfait dans ses interprétations… Bref, un album qui a terminé 2016 en beauté !

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour laisser un commentaire.