Rechercher
En ligne
  • ... Membres
  • ... Visiteurs
  •  
  • 1596 Membres
  • 3665 Chroniques
  • 18753 News
Heavy Chat
  • Chargement...
Drifting Breed
Type : Mailer Interviewer: TeRyX Date : 2006-03-00
La scène française regorge de groupes excellents malheureusement fort peu connus. Je vous laisse découvrir aujourd'hui Drifting Breed, groupe parisien dont je vous avais déjà parlé lors de la sortie de Hope Hereafter, leur premier MCD autoproduit. C'est Arnaud, l'un des gratteux de la bande qui a bien voulu répondre à mes questions et je l'en remercie! Une longue interview dans laquelle nous parlerons de l'engouement du public français envers le métal, nous tirerons un bilan de l'an 2005, et nous découvrirons les projets du groupe pour la nouvelle année. Une interview très riche que je vous conseille de lire en intégralité.




TeRyX: Une première question récurrente, peux-tu s'il te plait présenter le groupe pour ceux qui ne vous connaîtraient pas?

Arnaud: Salut ! Drifting Breed s’est formé fin 1999 en région parisienne sous le nom de No Way Out. Après de nombreux changements de line-up et d’orientation musicale, la formule est devenue stable en 2003. Nous avons sorti notre premier MCD intitulé « Hope Hereafter » en mars 2005 et depuis nous nous efforçons de faire un maximum de concerts et de continuer à composer. En ce qui concerne le style musical dans lequel nous évoluons, je n’aime pas trop utiliser d’étiquettes compliquées alors je n’en mettrai sûrement pas une sur notre propre musique. Je dirais simplement que ce que nous faisons est susceptible de plaire à ceux qui aiment le thrash, le hardcore, le death mais qui ne sont pas réfractaires aux mélodies et aux ambiances. Bref tu peux y trouver de la violence, de la brutalité, du groove, de l’énergie mais aussi de la finesse et surtout de l’émotion.


02. Votre MCD est disponible depuis un bon bout de temps maintenant, quel bilan tires-tu de l'année 2005? Quel est votre état d'esprit en ce début d'année ?

Un bilan mitigé. Nous avons reçu un nombre incroyable de critiques très positives, au niveau français comme au niveau international. Et ceci tant sur le net (encore merci Heavylaw d’ailleurs !) que dans la presse écrite (Hard ‘n’ Heavy, Hard Rock mag, Metallian etc.). Donc nous disposons d’un superbe pressbook rempli d’éloges sur des dizaines de pages, ce qui est cool et va nous servir à démarcher les maisons de disque dans l’optique d’un futur album. Malheureusement le reste est moins glorieux. Au niveau des concerts nous sommes assez déçus dans la mesure où, sur la quasi-totalité des dates que nous avons effectuées depuis la sortie du MCD, le public n’était pas au RDV. A croire que le public parisien est gavé de concerts metal. Ceci dit, on a joué à Metz il y a quelques jours avec Crack ov Dawn et ce n’était pas mieux. Les gens semblent ne plus vouloir se déplacer pour les dates « underground », même quand le prix est extrêmement raisonnable. Quant aux ventes du CD, n’en parlons pas. Je remercie la personne qui l’a mis en libre téléchargement sur Emule à peine sorti. Depuis, des centaines de personnes l’ont téléchargé, ce qui est cool car c’est toujours un moyen de se faire connaître. Par contre, grâce à ce gars, on a même pas encore vendu assez de CDs pour se rembourser ne serait-ce que les frais de promo (envois postaux, flyers etc.) Ajoute à cela qu’on s’est endetté de plusieurs milliers d’euros pour l’enregistrement et tu comprendras que nous soyons un peu frustrés de ce côté-là.


03. Quelles seraient vos influences principales ? Préférez-vous les vanter, ou plutôt les dissimuler?

Ce serait un peu long et chiant de te donner une liste de groupes car nous avons des influences très variées, nous ne sommes pas du genre à nous cantonner à un style. Mais nous assumons parfaitement nos influences. Ceux qui disent ne pas en avoir et inventer quelque chose d’entièrement nouveau ne sont que des putains de mythos mégalomanes. Tout musicien est fatalement influencé par d’autres artistes, et ceci tout au long de sa vie. Pour en revenir à nous et pour faire court, nos influences viennent principalement des années 90. Surtout le bon trash, le death, le hardcore mais aussi le doom, l’atmo, le grind et tout plein d’autres genres et sous-genres… mais nous gardons bien entendu une oreille sur tout ce qui continue à se faire dans le monde du metal et ailleurs !


04. Quels sont vos objectifs en 2006? Pour les années à venir?

Dans un premier temps, continuer à faire des concerts et même en faire beaucoup plus et si possible devant des audiences un peu plus garnies et réceptives… Pour ce qui est de la promo de « Hope Hereafter », elle est terminée pour ainsi dire. Le seul endroit où elle persiste c’est sur scène. Donc on s’est fait une raison au niveau des ventes de CDs, on n’en attend pas beaucoup plus. Si ça doit venir plus tard tant mieux mais désormais ça ne nous touche plus vraiment. Ce qui importe pour nous en ce moment c’est de continuer à composer dans l’optique de sortir un album dès que possible. On a déjà pas mal de nouveaux titres en stock d’ailleurs. La sortie de cet album dépendra de deux facteurs principalement :
1) notre inspiration pour le terminer et le peaufiner
2) le résultat de nos démarchages auprès des labels
Il est certain qu’on ne sortira pas un album entier en autoprod, on a déjà perdu trop de thunes, donc on compte pas mal sur cette campagne de promo auprès des labels. Dans l’idéal on aimerait bien le sortir en 2006 évidemment mais pour l’instant c’est encore trop loin et flou pour garantir quoique ce soit. De plus, nous ne sommes jamais à l’abri d’un pépin comme un changement de line-up qui retarderait le processus par exemple…


05. Comptez-vous rester dans votre style où évoluer vers d'autres horizons musicaux ?

Evoluer bien sûr. On ne se fixe pas vraiment de limites tu sais. Déjà sur « Hope Hereafter » tu peux te rendre compte qu’on a pas mal d’influences différentes mais ça va prendre encore plus d’ampleur à l’avenir et surtout devenir plus homogène. Attention, on ne va pas devenir un groupe d’easy listening ou un groupe qui blast de A à Z non plus mais on va tâcher de ne pas se répéter, de surprendre et surtout de toujours faire mieux.


06. Y a-t-il un album en chantier? Si oui, que peux-tu nous révéler le concernant? (tracklist, évolution, guest...)

Donc oui comme je te le disais. Mais il s’agit effectivement d’un véritable chantier. Je trouve que nos nouvelles compos sont plus extrêmes dans chaque domaine qu’on explore. Que ce soit dans la violence, le groove ou la mélodie. Mais surtout elles sont plus homogènes. Je veux dire par là que je pense que nous sommes en train de nous forger un style plus personnel et que nous parvenons mieux à intégrer des influences très diverses et variées au sein d’un même titre, tout en gardant une certaine cohérence. Je pense aussi que l’aspect thrash/death prend le dessus sur le côté metalcore dans ces nouvelles compos, même si ce dernier est toujours présent. Et puis nous prenons un malin plaisir à expérimenter de nouvelles choses comme inclure de nombreux passages bien stoner rock ‘n’ roll ou des mélodies beaucoup plus peaufinées qu’auparavant.
Au niveau de la tracklist nous avons des titres de travail tels que « Waiting for an Angel », « Saturday Morning Dirge » ou encore « Relapse and Recede » mais tout ça reste sujet à changement. Enfin, en ce qui concerne les guests, nous allons continuer l’utilisation du duduk avec notre ami Gérard mais aussi expérimenter d’autres instruments à vent « exotiques » ainsi que du piano, du violoncelle, des guitares acoustiques… en fait nous avons plein d’idées qui en sont encore au stade embryonnaire mais j’espère qu’elles verront le jour. Et il y aura peut-être un ou deux guests « metal » surprise sur l’album aussi … que sera, sera ! En tout cas, on prendra tout le temps nécessaire pour bien faire les choses et ne pas avoir de regrets.


07. Comment se déroule le processus de composition chez Drifting Breed ?

Généralement nous nous basons sur des riffs ou des ébauches de compos amenés par Mikaël et moi puis nous jammons et travaillons les enchaînements et les arrangements tous ensemble en répète. Mais, toujours dans cette optique d’évoluer et d’expérimenter, nous laissons de plus en plus de place à la section rythmique dans le processus de composition. Partir d’une mélodie de basse ou d’un pattern de batterie peut se révéler salvateur quand tu es coincé à force de ne chercher que le riff de guitare « qui tue ». Et puis ça permet d’amener de nouvelles couleurs à nos compos, auxquelles nous n’aurions jamais pensé si nous nous étions basé strictement sur la guitare. De plus, aérer un peu les lignes de guitare permet aussi de laisser plus de place au chant de niko qui, sur « Hope Hereafter », était vraiment prisonnier des riffs de guitare. D’ailleurs, pour en revenir un peu à la question précédente, le chant va prendre une autre dimension à l’avenir. Il sera beaucoup moins linéaire et il y aura souvent plusieurs lignes différentes, et plusieurs voix différentes…


08. Comment s'est déroulé l'enregistrement du MCD? Sans aide des labels comment êtes-vous parvenus à un tel résultat?

Nous avons tout simplement fait le tour d’une dizaine de studios jusqu’à trouver celui qui produisait un son que nous jugions adéquat et dont les tarifs n’étaient pas exorbitants. Nous avons tout payé de notre poche et comme je te disais, nous n’avons même pas commencé à nous rembourser avec les ventes de CDs et je pense que ce ne sera jamais le cas, mais peu importe. Certains dans le groupe avaient de la thune de côté, d’autres non, là n’était pas le problème. On s’est arrangé entre nous pour réunir la somme nécessaire et parvenir à nos fins. Sinon le processus s’est déroulé de façon assez classique : enregistrement de la batterie, puis de la basse, des guitares et du chant, mixage etc. Encore merci à Ben du studio Z-Factory pour sa compétence sa bonne humeur !


09. Si tu le pouvais, que modifierais-tu sur Hope Hereafter?

J’ai envie de dire rien. Ce MCD représente ce que nous étions capable de faire de mieux au moment où nous l’avons fait. Si nous le réenregistrions de nouveau, le résultat serait très différent, c’est certain. Mais franchement nous regardons vers l’avant et pas en arrière. Ce MCD est comme il est avec ses qualités et ses défauts à mes yeux et comme il s’agit de notre premier enregistrement, il a une certaine valeur sentimentale qui fait que malgré ses défauts, je ne regrette rien. Cependant, nous avons beaucoup appris grâce à cette étape et il y a pas mal d’erreurs que nous ne reproduirons pas lors de l’enregistrement de l’album !


10. Y a-t-il des idées que vous vouliez apporter aux compositions mais qui se sont montré impossibles?

Assez peu et souvent par manque de temps et d’argent en fait. Comme certaines lignes de voix/choeurs ou certains arrangements que nous n’avons pas pu mener à terme mais dans l’ensemble, ce que nous avons enregistré correspond bien à ce que nous avions l’intention d’enregistrer.


11. Quelle est votre opinion sur le métal français? Et sur le public français?

Le metal français est en plein essor et commence à se créer une réputation au niveau international, c’est une très bonne chose. En ce qui concerne le public français, si je ne devais me baser que sur nos dernières expériences live, je dirais que je regrette qu’il ne s’intéresse pas plus à la scène locale et à bon nombre de groupes hexagonaux underground qui n’ont rien à envier à certaines « grosses pointures » internationales. Il y a un véritable vivier en France qui ne demande qu’à exploser mais pour cela il faudrait le soutenir un minimum. Heureusement, il y a tout de même un bon nombre d’irréductibles qui se démènent comme des dingues pour la scène, et merci à eux. Qu’ils soient organisateurs ou spectateurs, ils en sont des acteurs à part entière.

image


12. Que penses-tu des groupes comme Anorexia Nervosa ou Gojira qui ont réussi à percer à l'étranger?

J’en suis très content pour eux, d’autant plus que ce sont des groupes que j’apprécie, enfin que j’ai commencé à apprécier sur le tard (j’ai souvent 5 ans de retard par rapport au public!!). Le dernier Gojira est une tuerie et je ne m’en suis rendu compte qu’il y a un mois… j’ai réalisé qu’Ano pratiquait un BM haut de gamme il y a à peine six mois. Disons que je suis souvent sceptique quand tout le monde vante les mérites d’un groupe et ce n’est que lorsque l’enthousiasme général et médiatique retombe que je m’intéresse à celui-ci, pour finalement admettre que c’est totalement mérité (rires !!!). Pour finir là-dessus, j’ajouterais quelques autres combos qui ont ou vont commencer à se tailler une sacrée réput’ à l’étranger : The Old Dead Tree, Dagoba, The Last Embrace… et il y en a bien d’autres.


13. Quelle est, selon vous, votre meilleure prestation, ainsi que l'expérience la plus marquante en concert ?

J’ai beaucoup aimé un concert que nous avons donné à Savigny sur Orge où le public était très réceptif. Sinon j’ai adoré notre dernier concert à Metz. Malgré un public complètement apathique à l’exception d’une vingtaine de fous furieux devant, on ne s’est jamais autant lâchés comme des dingues, je pense et j’espère qu’à l’avenir nos prestations seront toujours aussi déchaînées que celle-ci, voir plus ! Sinon nous avons connu bon nombre d’expériences marquantes en live, positives et négatives d’ailleurs. Là, à l’instant X, je retiendrais le fait d’avoir joué à la Loco qui est quand même une salle mythique dans le monde du metal.


14. Où en êtes-vous dans la recherche d'un label? La sortie du MCD vous a-t-il ouvert des portes?

Pour l’instant, pour être franc, nous n’avons aucune piste. Mais comme je te le disais, grâce à toutes ces chroniques positives, nous avons élaboré un pressbook que je suis en train de traduire et nous allons commencer le démarchage des labels d’ici peu. J’ai bien sûr quelques idées précises derrière la tête mais je ne citerai pas de noms, je leur laisse la surprise ;)


15. Comment faites-vous pour gérer vie professionnelle / familiale à votre passion de la musique?

Pour moi ce n’est pas trop dur vu que je suis actuellement sans emploi mais pour les autres c’est souvent un véritable casse-tête. Il n’y a pas de secret : il faut être passionné car être dans un groupe qui prétend à donner des concerts et à faire des enregistrements demande d’énormes sacrifices financiers ainsi que des concessions au niveau de la vie privée. Et quand tu ajoutes à ça un boulot parfois éprouvant, ça devient un véritable dilemme. Il faut avoir la passion et la foi en ce qu’on fait, c’est tout.


16. Quels sont pour toi les TOP et les FLOP de 2005 au rayon métal? Déjà repéré des prétendants au titre de meilleur album 2006?

Tiens je te donne mon top10 de 2005, et il n’y a pas que du metal :

1/ Antimatter - Planetary Confinement
2/ Soulfly - Dark Ages
3/ Life of Agony - Broken Valley
4/ Dredg - Catch Without Arms
5/ The Old Dead Tree - The Perpetual Motion
6/ Raging Speedhorn - Oh How The Great Have Fallen
7/ SOAD - Hypnotise
8/ Volbeat - The Strength, The Sound, The Songs
9/ Dew Scented - Issue VI
10/ Paradise Lost - Paradise Lost

Et puis tu peux ajouter pas mal d’autres groupes auxquels je n’avais pas forcément pensé quand j’avais fait cette liste comme Gojira, Hatesphere, Rotten Sound etc. La liste pourrait être beaucoup plus longue !!
En revanche, pour le flop de l’année, y’a pas photo : Fear Factory.
2006 ? Mais ça vient à peine de commencer !! En tout cas, quelque chose me dit que le nouveau Dagoba sera dans mon top10 à la fin de l’année et sûrement haut placé ! Par contre j’ai déjà été très déçu par les nouveaux Katatonia et Bleeding Through. J’espère juste qu’Anathema vont nous pondre une nouvelle merveille avant 2007 !


17. Merci beaucoup de m'avoir accordé cette interview, je te laisse les mots de la fin !

Merci à toi et Heavylaw pour tout ce que vous avez fait pour nous ! Soyez curieux et jetez une oreille à notre musique sur www.driftingbreed.com ! Et surtout n’oubliez pas de soutenir la scène française, beaucoup de petits concerts à 5-7 euros vous procureront autant de plaisir que des grosses dates qui coûtent le triple !


--------------------------------------------------------------------------

Interview réalisée en mars 2006.

...TeRyX...

Heavylaw 3.6 | a propos | nous contacter | Design bannière par JP Fournier