Vous recherchez quelque chose ?

Prophesia - Not A Story but History

Power Heavy Metal / Indépendant / Août 2017


Note : 8/10

En cette année 2017 est sorti le troisième album du groupe tokyoïte Prophesia, intitulé Not A Story but History. En disant qu’il s’agit du dernier album en date qui a pour chanteur Akira « A-Killer » Ishihara, cela devrait normalement amplement suffire à vous donner envie de vous ruer acheter l’album. Pour ceux qui lèvent un sourcil étonné, et qui ne connaissent donc logiquement pas le groupe Azrael dont Akira fait également partie, réjouissez-vous : vous aller connaître un des chanteurs les plus brillants, atypiques et hallucinants de la scène métal japonaise. Capable de monter dans des aigus puissants dignes d’un André Matos ou d’un Kiske (écoutez le début de Phoenix pour vous en convaincre), Akira possède également un timbre vraiment particulier, qui change de ce qu’on a l’habitude d’entendre au pays du Soleil Levant.

Pour revenir à l’album qui nous intéresse aujourd’hui, on peut noter la présence de musiciens qui font honneur à la voix d’Akira, tous font très bien leur boulot et la plupart des solos sont de très bonne facture. Je dis la plupart, car la qualité des chansons de cet album est très hétéroclite, ce qui en fait à la fois sa force et sa faiblesse. Sa force, car cela permet de faire découvrir des chansons plus « J-pop », plus lentes et mid-tempo qui diffèrent des titres rapides pur souches « Metal », mais également sa faiblesse, car toutes les chansons ne sont pas au même niveau. Et force est de constater que celles étant de veine « Metal » sont celles qui font mouche : Phoenix, The Piper of Hamelin et Prisoner of the Mask sont trois tueries à écouter impérativement (qui rappellent Azrael, donc encore une fois, foncez écouter ce groupe si ce n’est pas déjà fait !). Cela ne veut pas pour autant dire que le reste de l’album est mauvais, loin de là, et nous réserve de belles surprises comme The Revealer et Transzcendentia qui offrent des structures originales et d’excellentes mélodies.

Au final, cet album peut être un très bon point d’entrée pour découvrir Akira, pour ensuite s’intéresser aux deux albums précédents de Prophesia et aux albums d’Azrael, tous au moins de bonne facture, sinon extraordinaires au point de faire partie des meilleurs albums de métal existant, si, si (coucou Sunrise in the Dreamland) ! On regrettera cependant pour Not A Story but History, outre davantage de titres plus « Metal », qu’Akira ne se soit toujours pas décidé à embrasser sa nationalité nippone pour enfin chanter en japonais sur les meilleurs titres. Pour l’instant, il ne le fait que sur celles plus « J-Pop », ce qui est vraiment dommage car son chant en japonais est, à mon sens, supérieur à celui en anglais, lui conférant une tonalité que la langue de Sheakspear ne peut pas lui offrir.


There can be only one : Phoenix

01. Phoenix
02. T.N.T
03. Maria
04. 13(Thirteen)
05. Zero
06. The Revealer
07. Transzcendencia
08. Piper Of Hamelin
09. Where There Is A Will, There Is A Way
10. Prisoner Of The Mask

0 Comments 01 November 2017
SquallSaga

SquallSaga

Read more posts by this author.

 
Comments powered by Disqus