Vous recherchez quelque chose ?

Report Orden Ogan - Rhapsody Of Fire

Les « jeunes » allemands d’Orden Ogan assurent depuis quelques années les premières parties de groupes comme Grave Digger, Luca Turilli, Hammerfall ou encore Powerwolf, se lancent cet automne en tant qu’Headliner  sur une tournée européenne faisant suite à la sortie cet été de leur dernier album et pas des moindres «Gunmen».  Pour parvenir néanmoins à remplir les salles ils s’offrent les services d’un guest de choix en la présence de Rhapsody Of Fire  (ou du moins ce qu’il en reste).

Le Rendez vous était prit ce dimanche 15 Octobre 2017 au Petit bain, péniche parisienne d’une capacité de 450 personnes, affichant complet pour l’occasion.


La soirée commence avec le groupe canadien UNLEASH THE ARCHERS. Inconnue pour ma part, La jeune formation qui présente déjà 4 albums à son actif nous propose un heavy moderne des plus accrocheurs, avec une chanteuse à la voix «ordinaire»  mais agréable et un ensemble suffisamment  dynamique pour que les riffs fassent déjà remuer les têtes. Les compos se révèlent parfois techniques et souvent très efficaces à l’image entre autres de The Matriarch véritable hymne Heavy, ou General of the Dark Army où les deux guitaristes donnent de la voix par quelques growls. 
Le show se termine par une pépite heavy-speed : Tonight we ride.
La demi-heure passe très vite tant on a rarement la chance d’avoir des premières parties de cette qualité, et dans des conditions sonores aussi bonnes.  Vu l’enthousiasme du public je pense qu’ils auront gagné et mérité de vendre un peu de marchandising ce soir.

UNLEASH THE ARCHERS
01. Apex

02. Test Your Metal

03. Cleanse the Bloodlines

04. The Matriarch

05. General of the Dark Army

06. Tonight We Ride


On enchaine avec ce qui pourrait ressembler à un cover band de RHAPSODY OF FIRE, vu le départ de tous les membres sauf alex staropolli fidèle à son clavier. 
Au vu des nombreux t-shirt, et a entendre les déceptions de ne pas les voir en tête d’affiche, il semblerait qu’une grosse partie du public ait fait le déplacement pour eux.
 Le show démarre timidement, les premiers instants sont à la découverte du nouveau très bon chanteur Giacomo Voli (révélé dans The Voice Italie) tout sourire et parfaitement à sa place, tandis que le guitariste Roberto de Micheli reste un bon moment tendu et statique le temps de parfaire ses réglages. 
Malgré un son quasi parfait le début du concert semble bien fade, jusqu’à ce que tout s’emballe enfin à l’annonce de Down of Victory. 
La péniche va sérieusement commencer à remuer, avant que l’énergie laisse la place à l’émotion le temps d’apprécier le magnifique Magic of wizard’s dream, pour ensuite remonter dans les tours avec un énorme holy thunderforce.


Les 50min de show sont rapidement expédiées à coups d’hymnes mythiques. Même si on est loin de l’original l’ensemble est admirablement interprété, le guitariste assurant depuis quelques années le remplacement de ses deux prédécesseurs,  les orchestrations  parfaitement dosées, et le nouveau chanteur n’ayant rien à envier à fabio Lione, ne dénature à aucun moment les tubes de Rhapsody.
La sauce à l’air de prendre, reste maintenant à voir la suite en studio.



RHAPSODY OF FIRE
01. Distant Sky

02. Dargor, Shadowlord of the Black Mountain

03. Flames of Revenge

04. Dawn of Victory

05. The Magic of the Wizard's Dream

06. Holy Thunderforce

07. The March of the Swordmaster

08. When Demons Awake

09. Emerald Sword



Aucune suprise concernant le décors d’ORDEN OGAN sur le thème du far-west, depuis le début de la soirée le backdrop n’est pas caché et deux cow-boys armés de fusil nous tiennent en joue de part et d’autre de la scène.
Les allemands montrent d’entrée de jeu qu’il sont venus pour en découdre et balancent d’emblée du bon gros Power-Metal à l’ancienne au risque de déstabiliser les «rhapsodystes» plus subtils. Qu’importe ! Même si quelques réticents  finissent par reculer sous l’offensive allemande, le petit bain est rapidement conquis et ne tarde pas à donner de la voix.


Malgré un son assez brouillon devant la scène, les deux puissantes pelles crachent à plein régime et les quatre acteurs renvoient une énergie hyper communicative, du coup grosse ambiance dans la fosse à tel point que Seeb n’a aucun effort à faire pour lancer le public.
 La setlist parfaitement calibrée pour la scène déroule en survolant rapidement la carrière du groupe et en s’attardant plus longuement sur les deux derniers opus avec des hymnes aux refrains très fédérateurs tels que F.E.V.E.R.,  here at the end of the world, Gunman ou encore come with me to the other side, sublimés par la participation active du public.

Le set principal s’achève bien vite sous les puissantes notes de One last chance. Le groupe quitte alors la scène avant de revenir sur un rappel intense avec les tubes désormais inévitables We are pirates et The things we believe in dont le refrain entêtant donne une dernière fois l’occasion au public de s’exploser la voix : «cold dead and gone !!».
Les deux mannequins/cow-boys plantés dans le décors marquent la fin du show de façon plus ou moins synchro en tirant des guirlandes en papiers en direction de la foule...
Après cet assaut d’une petite heure et demi le groupe nous abandonne après l’habituelle photo facebook sous les ovations  du petit bain comblé par cette soirée placée sous le signe du Heavy-Power-mélodique!



ORDEN OGAN
01. To New Shores of Sadness

02. F.E.V.E.R.

03. Here at the End of the World

04. Gunman

05. Deaf Among the Blind

06. Sorrow Is Your Tale

07. Fields of Sorrow

08. The Lords of the Flies

09. Come With Me To The Other Side

10. Forlorn and Forsaken

11. One Last Chance


12. We Are Pirates

13. The Things We Believe In

Merci à Alexandre pour les photos ! Et à Roger et Access Live pour les accréditations !

0 Comments 27 October 2017
Soundchaser

Soundchaser

Read more posts by this author.

 
Comments powered by Disqus