Vous recherchez quelque chose ?

Ah « Folk-lore » !! Peut-on se figurer plus belle promenade au sein de la culture irlandaise ? Toutes les images, clichées peut-être, mais tellement poétiques, représentatives de ce pays, viennent spontanément se manifester en vous à l’écoute de cette bombe de Metal celtique ! On s’imagine gambader dans les vertes plaines, siroter une bière dans un pub à l’ambiance festive, se promener dans un mystérieux brouillard, rencontrer des fées et danser des rondes endiablées avec des farfadets ! Oui, une réelle magie se dégage de cet album, qui suggère avec finesse et bon goût beaucoup d’images des plus enchanteresses !   Après un premier album encore maladroit et un second bien différent, et affirmant l’affiliation du groupe au heavy Metal folklorique, voici l’album de la maturité et la consécration ! Même s’il n’est pas exempt de défauts, « Folk-lore » est à coup sûr le meilleur opus de Cruachan, en tout cas le plus indiqué pour découvrir le groupe et une belle voie d’accès au folk Metal dans sa forme la plus entraînante et festive !  L’album s’ouvre avec « Bloody Sunday », un morceau qui comme l’indique son titre, évoque la manifestation du 30 janvier 1972 où de pacifiques manifestants avaient été tués par l’armée britannique. Et nous voici avec un déjà très bon premier titre, où la voix de Karen s’avère parfaite, et contenant d’excellentes mélodies de flûte. Ce morceau est bien représentatif de l’album ; Cruachan revendique son appartenance à l’Irlande, et musicalement nous avons droit à un parfait dosage entre heavy et folklore, des plus entraînants, avec des breaks très bien pensés et des mélodies de qualité.  Oui, cet album fourmille de bonnes idées, et se montre très dépaysant. Impossible de ne pas craquer sur le tube en puissance qu’est « Ossian’s return » avec son début mystérieux et vaguement agressif, enchaînant sur les charmeuses lignes de chant de Karen, avant de repartir avec du chant masculin, puis de proposer un break folklorique des plus jouissifs qui vous donnera envie de bondir et de danser jusqu’à la fin du morceau ! Vraiment, voilà un titre absolument incontournable, un must de Metal folk !  Et difficile de résister au break avec violon de « Death of a Gael », qui coupe le morceau avant d’ouvrir sur une seconde partie des plus envoûtantes ! Comment ne pas se sentir ému par la douceur de « Susie Moran » où Karen devient pour un temps la plus merveilleuse des sirènes, nous charmant de sa délicate complainte ? Et je ne peux omettre la très bonne « Children of Lir » et sa superbe intro, ni encore moins « Ride on », morceau sur lequel intervient Shane Mac Gowan (qui produit aussi l’album), le chanteur des « Pogues », groupe irlandais bien connu, et autre excellent cru, au refrain simple mais prenant !  Et même si certains titres sont légèrement moins prenants (« The rocky road to Dublin », morceau très typique de Cruachan avec son chant masculin suivant à chaque note les leads de guitare, la plus agressive « Exiles », qui voit revenir le chant death, absent des premières pistes de l’album), l’ensemble est très varié et donc des plus puissants ! Les guitares sont heavy, la basse est bien mixée, et la production plus convaincante qu’à l’accoutumée, même si on aurait apprécié un peu plus de pêche !  Enfin, l’album, comme tous les autres, se termine avec une reprise du premier album réactualisée pour l’occasion. Finir sur une note si agressive peut paraître curieux, mais la reprise surpasse largement l’originale, donc on ne peut se plaindre.   Avec « Folk-lore » (ce titre est un jeu de mots, avis à ceux qui voudraient percer ce mystère), Cruachan s’impose donc comme un grand nom du Metal celtique et folklorique. Jamais la production n’a été si bonne, et le chant de Karen y fait des merveilles. Varié, léger, magnifique, accrocheur et festif en diable, voilà quelques adjectifs qui me viennent à l’écoute de cet opus. A ranger à côté d’un « Prince of the poverty line » de Skyclad ou encore d’un « Trova di Danu » de Tuatha de Danann dans la catégorie incontournable du folk auquel il ne manque vraiment pas grand-chose pour obtenir un 9/10, note que je me retiens à grand peine de donner. Excellent !!  8,5/10   Gounouman

0 Comments 13 janvier 2007
Whysy

Whysy

Read more posts by this author.

 
Comments powered by Disqus