Vous recherchez quelque chose ?

Non, je n’ai pas honte, je dois vous l’avouer… Avant de chroniquer ce disque, je n’avais jamais entendu parler de Jack Starr!!! Il serait d’ailleurs intéressant de faire un référendum (sujet d’actualité en ce moment ;)) afin de savoir si je suis le seul à avoir cette lacune…

Jack Starr possède pourtant un C.V hors du commun… jugez plutôt par vous meme… Après des débuts au côté de David DeFeis lors de la création de Virgin Steele en 1982, Jack a décidé de quittter le groupe pour divergences musicales après seulement deux albums et a multiplié les projets par la suite… pour un total de 8 groupes différents en 20 ans!  Les projets les plus pérennes  étant des groupes “patronymesques” tels que le projet insrumental  sobrement nommé “Jack  Starr”, le projet blues sobrement intitulé “Jack Starr Blues Band” et le projet Hard/Heavy sobrement créé sous le nom de “Jack Starr’s Burning Starr” auquel nous allons nous intéresser!

Dès les premières écoutesde “Land Of The Dead”, 6ème album du groupe, il ne fait aucun doute que nous allons voyager en terrain balisé… le Heavy Métal Américain des années 80 qui a su trouver ses lettres de noblesses grace a Manowar en chef de file, mais aussi Manilla Road, Armored Saint et bien sûr Virgin Steele pour ne citer qu’eux!  La pochette laisse d’ailleurs peu de place au doute… un homme musclé au corps luisant… torse nu… une femme à la forte poitrine, une hache… A croire que pour être crédible dans le style, il faut passer par ces écueils!  Oui nous sommes bien en 2012, mais les clichés feront partie à jamais du métal, autant l’accepter à défaut de vouloir (pouvoir?) faire évoluer les mentalités.

Musicalement il n’y a pas grand chose à redire, les titres s’enchaînent et le disque se digère plutôt bien, le mix est correct, c’est brut, direct et efficace et rappelle tous les cadors du genre. La voix plutôt “fluette” de Todd Michael Hall rappelant par moments Joacim Cans sur certains morceaux.

Je n’irai pas juger de l’originalité du projet car ce n’est pas le propos de ce genre d’oeuvre, cependant “Land Of The Dead”, “Here We Are”,  “When Blood and Steel Collide” ou l’hymne fédérateur “Never Again”,  sont des titres efficaces qui n’ont pas à rougir face à la concurrence! Le seul problème réside en l’intérêt même d’un tel disque…Ni bon, ni mauvais… juste une rondelle qui n’est pas en accord avec son époque… Du US Heavy Metal 80’s comme disent les puristes! Ce qui résume bien les idéaux et l’ancrage dans le passé des musiciens officiant dans un tel créneau!

Au final il ne reste qu’à prendre ce disque pour ce qu’il est, de la bonne musique qui vous fera passer un bon moment en voiture, en direction du boulot, car il nous force au Headbang dès les premières notes, et c’est déjà beaucoup!

"Jack Starr’s Burning Starr" représente donc une alternative crédible aux fans déçus par Manowar, qui sont dans l’attente des sorties sporadiques de Manilla Road et qui ne supportent pas le timbre de David DeFeis tout en se disant qu’il est inconcevable que "La Raza" soit vraiment composé par Armored Saint

Nul doute en tous les cas que la récente signature du combo chez Limb Music devrait lui permettre de sortir un peu de l’anonymat sur le vieux continent!

0 Comments 21 février 2012
Whysy

Whysy

Read more posts by this author.

 
Comments powered by Disqus