Vous recherchez quelque chose ?

Question existentielle : cette chronique va – t – elle intéresser quelqu’un ? Je suis sur le point de passer ma soirée à écrire ces lignes que personne ne risque de lire. Mon expérience du site m’incite à croire qu’aucune personne bien pensante du staff Heavylaw ne sera intéressée par ce disque, moins encore le seront les membres, dont certains restent très true. J’en vois déjà trembler alors que je n’ai même pas encore dit que Born From Pain pratiquait un hybride hardcore/metalcore… Voilà le mal est fait. Je me retrouve seul sur mon introduction. Mais ? Que vois – je au loin ? Oui c’est bien à toi que je m’adresse. Tu t’es perdu sur notre site alors que tu cherchais sur le net des sites de rencontres ou des photos érotiques. Sois gentil, fait moi plaisir et lis cette chronique jusqu’au bout, elle est pour toi, je te la dédicace !

Tu sais Marcelinou (ton petit nom) une chronique ce n’est pas facile à écrire. Tout d’abord il faut la motivation, ensuite il faut être inspiré et c’est là la tâche la plus ardue. Souvent les mots ont du mal à sortir, les phrases deviennent de véritables labyrinthes dans lesquels on se noie, c’est souvent pour cela que l’on commence à raconter n’importe quoi. Certains exercent leurs talents de scénariste hollywoodien, le même illustre son talent de compteur et de fantaisiste tandis que d’autres partent dans des digressions affreusement indigestes et déplacées pour satisfaire un quota de mots. C’est d’autant plus compliqué quand l’album est mauvais… Et tu auras compris que c’est le cas.

Born From Pain n’a jamais été une formation que j’apprécie. Certes ils ont de bonnes chansons à leur actif, mais au final tout se ressemble. Certes on note un iota d’évolution sur ce 4e disque car nos danois évoluent vers une musique de plus en plus métal mais il est indéniable qu’ils gardent leur racine hardcore comme en témoigne « Scorched Earth » : une chanson très courte et tout à fait ancrée dans l’esprit hardcore, le solo en plus. « War » est le nom de ce nouveau disque et introduit de nombreux riffs mélodiques notamment pour l’hymne « Crusader » ou la très lourde « Relentless ». Cette dernière doit être l’unique bonne surprise de l’album par son bon dosage mélodique/agressif et son refrain simple mais efficace. Voilà d’ailleurs l’un des autres points faibles du disque. Outre des chansons trop classiques, redondantes et pas toujours inspirées, Born From Pain réserve de mauvais refrains : une courte phrase répétée à l’overdose chœurs à l’appui.

Musicalement on ne pourra pas nier que nos protagonistes maîtrisent leurs instruments. Les riffs sont simples et efficaces dans la plus pure tradition hardcore avec grosse rythmique, le tout saupoudré d’une petite dose de solo dans l’optique d’un son plus métal. La production est assurée par le maître Tue Madsen c'est-à-dire un gros son bien enrobé et gras pour satisfaire au cahier des charges, rubrique agressivité. Il est dommage que les chansons s’essoufflent si vite car entre l’explosive « Behind Enemy Lines » , l’instrumental « The War Is On » et la bonne « Relentless », il y avait de l’idée. De bonnes idées également dans les paroles qui tournent autour de critiques sociales virulentes et actuelles. Malheureusement le disque tourne à vide et même les impressionnants guests n’apportent que peu d’intérêt aux chansons restantes. Une liste non exhaustive ? On note ainsi quatre guests vocalistes et guitaristes de renom dont Jan Christ de Gorefest, Lou de Sick Of It All, Pepe de Hatesphere et pour finir Barney de Napalm Death qui apparaît sur la seconde version de « Behind Enemy Lines ».

Au final « War » est un album pénible et ennuyeux qui n’intéressera que sa fan base tant l’intérêt d’un tel disque est aujourd’hui proche du néant. Le groupe est bien en place et dans la forme il n’y a rien à critiquer. Le problème vient des chansons dont le style très sectaire ne satisfera que ceux qui pensent que le métal est l’exutoire d’une violence refoulée et qui se fichent de la recherche artistique.

…TeRyX…

0 Comments 11 novembre 2006
Whysy

Whysy

Read more posts by this author.

 
Comments powered by Disqus